La gare de Petit-Croix

LIGNE  FERROVIAIRE : la GARE de PETIT-CROIX

Dans notre région , les expropriations de terrains pour la construction de la ligne Paris-Bâle furent prononcées au cours des années 1855-1856; de nombreuses entreprises régionales participèrent aux travaux et employèrent plusieurs centaines d’ouvriers  .

La ligne Belfort – Mulhouse fut ouverte au trafic suite à l’inauguration officielle du 15 février 1858 ;

La guerre franco-prussienne de 1870 vint quelque peu modifier le fonctionnement jusqu’alors paisible de la liaison Belfort-Mulhouse . Interrompu par les hostilités, le trafic y reprit le 8 avril 1871.

La transformation, par l’occupant allemand, de la modeste station de Montreux-Vieux en une gare frontière, contraignit nos autorités à mettre en chantier en toute hâte une gare frontière française. Pour les autorités françaises, il devenait indispensable de contrôler un trafic international de plus en plus important sur l’unique artère ferroviaire en liaison entre les bassins du Rhin et du Rhône .

La construction d’une gare douanière eut lieu sur la commune de Montreux-Château. On décida alors de lui attribuer le nom de « Gare de PETIT-CROIX », ce qui souleva de vives protestations dans la population locale .

Les installations techniques de la gare de PETIT-CROIX étaient considérables: avec un atelier d’entretien, une halle marchandises avec deux quais de débarquement, le faisceau de triage était composé de 17 voies. Quelques 160 personnes résidaient et y travaillaient, sans compter un buffet de la gare avec deux restaurants.

Les temps ont bien changé, et c’est heureux . Les vapeurs ont laissé la place au T E R et au fleuron de la S N C F , à savoir le T G V. Les voyageurs ont désormais peu de temps pour saluer la vieille dame…

Cliquez sur une image pour la visualiser en grand